Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Avant le 11 juin, date retenue pour le 1er tour des élections législatives, les voyants sondagiers étaient tous au vert et prédisaient pour le jeune parti La République en marche (REM) une écrasante victoire au détriment des partis traditionnels comme le parti socialiste et le parti Les républicains. Le parti de Macron était crédité de 28% au dernier sondage diffusé le 18 mai, les Républicains et leurs alliés de l’UDI de 20%, le Front national de 19%, la France insoumise de 15% et les socialistes avec les radicaux de gauche leurs alliés de 10%.Au soir du premier tour, les estimations rendues publiques au journal télévisé de 20h sur France 2 sont venues confirmer les sondages et la montée en puissance d’une sorte de Macronania généralisée qui a gagné toute la France depuis l’élection présidentielle d’Emmanuel Macron. Cependant, deux chiffres ont attiré l’attention de toute la classe politique et suscité des commentaires quasi unanimes. Il s’agit d’une part, le taux record d’abstention de 50,4% et le taux de participation de 49,6%. Cette abstention très élevée montre une fois de plus, la défiance de la moitié des français inscrits sur les listes électorales envers la classe politique dans son ensemble et l’offre politique insuffisante aux yeux de certains électeurs.

 

Nul n’empêche néanmoins que les français ont fait leur choix, vraisemblablement celui de donner la chance au nouveau président en lui accordant une large majorité à l’Assemblée afin de lui permettre de faire appliquer son programme pour lequel, il a obtenu la confiance des français lors du second tour de l’élection présidentielle de mai. Avec une communication bien rôdée qui consiste à vilipender les partis traditionnels ayant échoué sur tous les plans, le parti La République en marche prône une nouvelle façon de faire de la politique en faisant travailler ensemble des personnalités de bords politiques différents associés à celles de la société civile d’où cette formule complètement absurde « Ni gauche, ni droite » mais en réalité, il faut plutôt dire « Et gauche, Et droite ». Une véritable arnaque sémantique qui fait mouche ! Au cours de ces législatives, la marque LEM fait vendre, pour ne pas dire fait élire facilement. Concernant les résultats du 1er tour, La République en marche fait carton plein presque sur l’ensemble du territoire national.

 

Les marcheurs et leurs alliés du Modem se hissent à la tête du podium avec 32,2% des voix, Les Républicains et leurs alliés de l’UDI s’octroient 21,5%, le Front national obtient 14% des suffrages, la France insoumise s’en sort avec 11% et enfin les socialistes et leurs alliés des radicaux de gauche se consolent péniblement avec 10,2%. A partir de ces estimations, les projections en termes de composition de la prochaine Assemblée nationale donnent entre 390 à 430 sièges pour La République en marche, entre 85 à 125 sièges pour LREM, entre 20 à 35 sièges pour le parti socialiste et ses alliés, entre 3 à 10 sièges pour le Front national. En attendant le second tour prévu le 18 juin prochain, les candidats de REM sont très confiants de l’emporter aussi facilement contrairement à leurs potentiels adversaires en grande difficulté pour la plupart. Les poids lourds du parti socialiste ont été sèchement battus dès le 1er tour : Benoît Hamon, Christophe Cambadelis, Aurélie Filippeti, Juliette Méadel, de même les écologistes Cécile Duflot et Emmanuelle Cosse. En revanche, les six ministres concernés par l’ultimatum du président Macron à savoir Richard Ferrand, ministre de la cohésion des territoires, Christophe Castaner, secrétaire d’Etat en charge des relations avec le Parlement et Porte-parole du gouvernement, Marielle de Sarnez, ministre chargée des Affaires européennes, Mounir Mahjoubi, secrétaire d’Etat au Numérique et Annick Girardin, Secrétaire d’Etat aux outre-mer et Bruno le Maire, ministre de l’économie s'en tirent plutôt bien, exceptée Annick Girardin en grande difficulté. A signaler que même Richard Ferrand englué dans les affaires est arrivé en tête dans sa circonscription. Moussa T. Yowanga

 

Partager cet article

Repost 0