Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Malgré un contexte international marqué par l’insécurité prégnante lié au terrorisme un peu partout et par le malaise identitaire dans le vieux contient, Agadez, considérée comme la porte de l’exil dans un documentaire exceptionnel est aujourd’hui, l’un des passages obligés pour les migrants africains qui cherchent à atteindre l’Europe par tous les moyens possibles. C’est le carrefour des hommes où se croisent les destins et les rêves. Il y a ceux qui fuient le continent pour une meilleure vie et ceux pour qui le rêve est brisé pour toujours. L’aventure pour beaucoup s’arrête net à Agadez porte du Sahara dans le Nord du Niger. L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a établi des statistiques en 2016 : il y a 335 000 migrants observés en partance vers le nord et 111 000 migrants découragés sur le chemin de retour vers Agadez. Les destinations prisées des migrants, ce sont l’Algérie et la Libye où ils espèrent trouver du travail en attendant le jour propice.

 

Le Niger s’est doté en 2015 d’un arsenal juridique pour interdire le trafic des migrants via des passeurs à bord des embarcations de fortune, rendant du même coup, plus difficile leur trajet Un jeune sénégalais de 26 ans, à bord d’un pick-up est revenu de la Libye après quatre jours de voyage. « Je suis fatigué, fatigué, fatigué. C’est difficile le Sahara : pour l’eau, pour la nourriture », glisse calmement, cet originaire de Tambacounda, dans le centre du Sénégal De façon générale, la plupart des migrants des ressortissants Ouest africains font état de leurs mauvaises expériences de travail forcé comme l’esclavage.

Malgré cette dure réalité, un nombre toujours grandissant des migrants continuent de se diriger vers Agadez dans l’espoir de regagner un jour l’Europe ou à défaut de faire fortune en Libye. Les risques de subir des traitements dégradants et humiliants sont de plus élevés car la Libye est devenue un pays où règne l’arbitraire Les conditions de voyage dans le désert sont périlleuses et se font à l’aide d’un pick-up transportant entre 20 et 30 personnes. Les têtes cagoulées, port de lunettes, gants et blousons vivement recommandé pour se protéger contre les intempéries. Il faut au moins 2 à 3 jours pour arriver en Libye situé à 750 km d’Agadez. Le trajet peut réserver des surprises souvent désagréables, notamment les accidents, les patrouilles de l’armée ou l’attaque des bandits. Début juin, 44 migrants sans vie ont été découverts en plein désert. Conséquences des accidents et de pannes de camion le long du trajet. Le ministre nigérien de l’intérieur a déploré la perte en vie humaine en disant : « Ce désert est plein de corps des migrants ». Moussa T. Yowanga

 

 

 

Partager cet article

Repost 0