Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Même si le continent africain peine toujours pour dégager une bonne odeur d’un espace dont sa santé en matière de développement serait au beau fixe, il existe déjà des pays qui sortent d’un cercle économiquement et intellectuellement défaillant en se distinguant de plus en plus des autres à l’exemple de la Côte d’Ivoire. Certes, tout n’est pas que beau pour ce pays-là aussi avec les plaies d’une crise post-électorale de 2010-2011 qui a fait plus de 3.000 morts et des milliers des déplacés, dont certains n’arrivent pas jusqu’à aujourd’hui à reprendre une vie normale comme c’était avant. Il y a aussi cette histoire d’une cache d’armes qui a été découverte à Bouaké chez le directeur de protocole de Guillaume Soro, l’actuel président de l’Assemblée nationale qui risquerait d’envenimer le processus de paix enclenchée depuis déjà quelques années. Malgré tout, il y a des bonnes choses qui se font loin d’une politique politicienne.

 D’après la RTBF avec Belga, le Comité du patrimoine mondial de l'Unesco a décidé mardi 04 juin 2017 de retirer de la liste des sites en péril le Parc national de la Comoé en Côte d'Ivoire en raison de « l'amélioration de l'état de conservation de la faune et de son habitat ». Les deux médias belges rapportent qu’un communiqué de presse de l’Unesco informe le public national et international que le Comité, réuni depuis dimanche à Cracovie, dans le sud de la Pologne, a salué « les efforts déployés par la Côte d'Ivoire pour lutter contre le braconnage des animaux sauvages ». Le même communiqué de presse de l’Unesco précise que : « Des espèces emblématiques du Parc national de la Comoé que l'on pensait disparues, comme l'éléphant et le chimpanzé, se régénèrent. Les habitats connaissent par ailleurs un très bon niveau de conservation. De fait, les objectifs fixés en matière de conservation de la faune ont été atteints, voire dépassés ».

Dans leurs commentaires, les deux médias belges précisent que Le comité examine dans les premiers jours de sa 41ème session l'état de conservation des biens déjà sur la liste. Les débats sur les nouvelles nominations vont se tenir entre le 7 et le 9 juillet. La vieille ville d'Hébron (en raison du différent israélo-palestinien) et la forêt polonaise de Bialowieza (les écologistes accusent le gouvernement d'abattre massivement des arbres) sont les deux dossiers épineux à traiter. Sept sites naturels, 26 culturels et un site mixte pourraient rejoindre les 1052 autres qui bénéficient déjà du statut reconnaissant leur « valeur universelle exceptionnelle », à préserver absolument. L’inscription sur cette liste, flatteuse pour l'orgueil national, peut doper la fréquentation touristique, faciliter les aides financières mais aussi engendrer polémiques nationales et frictions diplomatiques. Aussi, la RTBF et Belga rappellent que le parc de la Comoé, dans le nord-est de la Côte d'Ivoire, est l'une des zones protégées les plus vastes de l'Afrique de l'Ouest. Inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en 1983, le site a été ajouté à la Liste du patrimoine en péril en 2003 en raison du braconnage pratiqué sur le site, du surpâturage par les grands troupeaux de bétail et de l'absence de mécanisme de gestion efficace.

Ahmat Zéïdane Bichara

Partager cet article

Repost 0