Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Si globalement la croissance de l’économie à l’échelle mondiale se consolide, en revanche, il y aura un ralentissement de l’économie américaine d’ici la fin de l’année et en 2018 en comparaison aux précédentes prévisions, selon les estimations du Fonds monétaire international (FMI), rapportées par RTBF avec Belga.  En se basant sur l’actualisation de ses données publiées en Avril, le FMI envisage une croissance plus forte que prévu à l’intérieur de la zone euro à cause de meilleures performances des pays comme l’Italie, l’Espagne et de façon modeste la France et l’Allemagne. L’institution monétaire international précise : « La reprise de la croissance mondiale annoncée (en avril) suit son cours comme prévu : la production mondiale devrait enregistrer une croissance de 3,5 % en 2018. Ces projections inchangées masquent toutefois des différences entre pays. Aux Etats-Unis, la croissance devrait être inférieure aux prévisions d’avril, en partant essentiellement de l­’hypothèse que la politique budgétaire sera moins expansionniste que prévu »

 

Pendant ce temps, les prévisions du président américain sont démenties au contraire par une baisse significative de l’économie rwandaise. Par conséquent, les chiffres de l’économie américaine ont été abaissés à 2,1% durant l’année en cours et en 2018 contre respectivement 2,3 et 2,5 espérés au printemps, ce qui est bien en deçà des 3% objectifs fixés par le gouvernement américain. Ralentissement probable de 1,7% de la croissance britannique, cette année « en raison d’une activité plus faible que prévu au premier trimestre », avec une tendance plutôt stable de 1,5% la prochaine année. Pour le FMI :  « En revanche, les prévisions pour 2017 ont été révisées à la hausse dans beaucoup de pays de la zone euro, dont l’Allemagne, l’Espagne, la France et l’Italie, où la croissance au premier trimestre 2017 a généralement dépassé mes attentes » grâce à une demande intérieure « plus vigoureuse que prévu » Concernant la Chine, les prévisions ont été très légèrement rehaussées à 6,7% cette année et 6,4% en 2018 « en raison d’un niveau d’activité plus solide que prévu au premier trimestre, fruit de l’assouplissement précédemment consenti et des réformes ». 

Moussa T. Yowanga

Partager cet article

Repost 0