Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pour exiger la libération de la directrice d’Amnesty International de Turquie Idil Eser, son président Taner Kiliç et autres défenseurs des Droits Humains, à l’instar des autres membres de cette organisation du monde entier, ceux de Toulouse ont également organisé une manifestation à la place du Capitole le lundi 10 juillet 2017.Au départ de la manifestation, ils étaient pas assez nombreux, mais lentement et sûrement ils se sont retrouvés plus d'une cinquantaine devant le siège de la mairie de Toulouse pour exiger simplement la libération de leurs collègues qui croupissent dans les prisons de Turquie pour des faits qu’ils ne reconnaissent pas du tout. Ils clament toujours leur innocence, malgré qu’ils soient privés durant plus de 24 heures de contact avec leur familles respectives ou avec un avocat et surtout d’après le responsable régional Midi-Pyrénées Jean-Claude Gouze, personne ne savait où ils se trouvaient. A travers un communiqué de presse, la secrétaire générale de cette organisation de défense des Droits Humains eut déploré que les dirigeants de la planète réunis il ya de cela quelques jours  à Berlin dans le cadre du G20 ont été remarquablement tolérants à l'égard de la dégradation de la situation des Droits Humains en Turquie.

Compte tenu de la présence à leurs côtés du président Erdogan, le moment était particulièrement propice pour tenir un discours de fermeté et demander la libération de tous les défenseurs des Droits Humains actuellement détenus. Jean-Claude Gouze d’Amnesty International de Toulouse eut affirmé le lundi 10 juillet 2017 lors de leur manifestation au Capitole qu’Idil Eser et les autres ne faisaient rien de mal. Certains d’entre-deux sont actuellement interrogés pour suspicion d’appartenance à une « organisation terroriste armée ». Le responsable régional d’Amnesty International Midi-Pyrénées croit que cette accusation est ridicule et sans fondement. Il rapporte en affirmant de façon sincère que ce type d’attaque contre les défenseurs des Droits Humains devient de plus en plus courant. Le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan abuse de son pouvoir, et transforme délibérément en un lieu hostile pour toutes les personnes qui défendent les Droits Humains.

Jean-Claude Gouze termine son intervention lors de leur manifestation du lundi 10 juillet 2017 à la place du Capitole de Toulouse que les huit défenseurs en détention sont Idil Eser Îdil d’Amnesty International, İlknur Üstün de la Women’s Coalition,Günal Kursun avocat à la Human Rights Agenda association,Nalan Erkem avocate à Citizens assembly, Nejat Tastan d’Equal rights Watch association, Özlem Dalkiran de Citizens Assembly,Seyhmuz Özbekli avocate et Veli Acu de la Human Rights Agenda association ,Şeyhmuz Özbekli, avocate Ces arrestations ont eu lieu moins d'un mois après le placement en détention du président d'Amnesty International Turquie, Taner Kiliç, pour des charges sans fondement. Il a été arrêté avec 22 autres avocats, accusés d’appartenir au mouvement de Fethullah Güle. En s’attaquant à ces défenseurs majeurs des droits humains, le gouvernement turc poursuit sa politique de répression contre la société civile.

Ahmat Zéïdane Bichara.

Partager cet article

Repost 0