Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans un communiqué de presse N°2/FONAC/2017 signé en date du 14 juillet 2017 à N’Djaména par Monsieur Mahamat Ahmad Alhabo, le coordinateur du Front de l’Opposition Nouvelle Pour l’Alternance et le Changement (FONAC) informe l’opinion nationale et internationale qu’il a appris  avec beaucoup d’indignation l’arrestation musclée de Laoukein Kourayo Médard, le jeudi 13 juillet 2017 à Moundou. « Est-il besoin de rappeler que Laoukein Kourayo Médard, président de la CTPD et ancien Maire de Moundou, candidat arrivé en 2eme position à la dernière élection présidentielle n’est pas un vulgaire individu et moins encore un illustre inconnu », rappelle fort opportunément le leader du parti pour les Libertés (PLD) et du FONAC. Selon lui, Laoukein Kourayo Médard est une personnalité connue à Moundou, au Tchad et au-delà du pays. Une simple convocation déposée chez lui aurait suffi pour qu’il se présente le lendemain à l’autorité. « Pourquoi a-t- on eu besoin d’envoyer à son domicile un nombre impressionnant de policiers et de gendarmes lourdement armés ?

Toutes ces pratiques mises en vigueur par le pouvoir actuel rappellent aux Tchadiens les méthodes et les manières de l’époque de la DDS que Idriss Deby voudrait manifestement réinstaurer », croit le signataire de ce communiqué de presse qui dénonce vigoureusement la procédure d’arrestation de l’ex-maire de la ville de Moundou. De ce qui précède, le Front de l’Opposition Nouvelle pour l’Alternance et le Changement condamne cette arrestation arbitraire et à caractère arbitraire et hautement politique et exige la libération immédiate et inconditionnelle de Laoukein Kourayo Médard ; rend responsable le gouvernement de Deby de tout ce qui lui adviendrait. Enfin en guise de conclusion, le FONAC invite toute l’opposition politique Tchadienne de resserrer ses rangs et de demeurer vigilante et solidaire pour mettre en échec ce complot, orchestrer par le pouvoir liberticide et finissant du MPS, opposé aux libertés individuelles et collectives et la Démocratie.

Moussa T.Yowanga/Ahmat Zéïdane Bichara

 

 

Partager cet article

Repost 0