Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

                        Le courrier des lecteurs 

Lecteurs et lectrices, cette page est la vôtre. Elle vous est réservée par la Rédaction et n’attend que vous l'animiez par les envois de vos réactions, de vos réflexions ou de vos contributions diverses et variées touchant tous les domaines : politique, économique, social, culturel, sportif ou autres. Que vous soyez de la majorité dans votre pays, de l’opposition, acteurs de la société civile, entrepreneurs, travailleurs ou simples citoyens, si vous avez de quoi à dire n’hésitez pas. La Rédaction publiera intégralement vos réactions sans en modifier un seul mot. Alors, pour tous vos envois, une seule adresse e-mail :  raf.journal09gmail.com

Bichara Gardia Moursal : « Il y a de cela quelques années, les discours de nos dirigeants débordaient des mots du genre : émergence, N'Djamena vitrine de l'Afrique en 2017 (2015, 2018 ou 2020, je n'arrive pas à me rappeler tellement qu'ils ont adaptés leurs discours au cours du temps sans jamais être fixes) et plusieurs autres absurdités, qui nous chauffaient les tympans de jour comme de nuit. Mais ces discours folkloriques, bourrés des mots romanesques dont les sens sont connus que par les seules personnes qui les chantaient, ont laissé place ces derniers temps à d'autres encore plus fugaces remplis d'autres mots tels que : crise économique, les 16 mesures, chute du prix du pétrole, coupe des indemnités etc. Ce sont-elles les mêmes personnes qui nous promettaient haut et fort que N’Djamena sera un paradis en 201... et le Tchad le nombril de toute l’Afrique ? Ou bien elles ont juste ôté les masques et nous montrent aujourd'hui leurs vrais visages ? On se demande quand est-ce que apparaîtront dans les discours de nos dirigeants les mots tels que: développement économique, justice pour tous, équité, redressement, moralisation, lutte contre la corruption, audit de la gestion chaotique de ces dernières années, rapatriement des capitaux détournés et investis à l'étranger, lutte contre le chômage, formation des jeunes dans le domaine de l'entrepreneuriat, mise en place des microcrédits, faciliter l'accès aux financements aux jeunes porteurs de projets, développement de l'énergie, vulgarisation de l'Internet, développement de l'agriculture et de l'élevage, amélioration de notre système éducatif en faillite, lutte contre la cherté de la vie, accès aux soins de qualité etc. Une voix me murmure à l’oreille : « ma heyine en arabe tchadien » (c'est pas facile).Le pays a trop déraillé à cause de la mauvaise gestion et sa remise sur les rails ne serait pas pour demain, vu que le sommet n'est pas prêt à prendre les décisions qu'il faut en joignant les actes aux paroles. »

Tahirou Hisseine Dagga :«Aucune personnes sensée n’ignore l’importance de la Démographie….La croissance démographique contrairement au discours démagogique prôné par les occidentaux, est un élément important de la croissance économique, tout dépendant du niveau de développement du pays: Je m'explique : si dans un pays donné, les politiques prennent en considération la problématique du développement en mettant en place un minimum d'infrastructures susceptibles d'améliorer le quotidien des citoyens, la croissance démographique devient, dans cette configuration un atout essentiel de la croissance économique et en même temps, cela donne au pays une place de choix sur l'échiquier politique régional, continental et même mondial. Les pays européens l'ont compris en dépit de ce qu'on dit en mal de l'immigration, les démographes occidentaux s'en frottent les mains à l'idée que l'Europe puisse absorber les vagues exponentielles d'immigrants qui arrivent sur son sol. Ces migrants ne contribuent pas seulement à la croissance économique mais ils sont un vecteur important du maintien du système social occidental, dont la générosité fait appel à la redistribution de richesses ; ce qui veut dire que : c'est les actifs qui financent les retraites des passifs. Or nous savons tous, que l'Europe est un continent vieillissant et le renouvellement de la population se trouve fortement compromis par la baisse de la natalité, tout en sachant qu'ils ont grand besoin des jeunes actifs pour continuer à maintenir leurs systèmes sociaux à flot. Donc, les argumentations conditionnant la croissance démographique à un préalable essor économique, ne tiennent pas debout. Pour mettre définitivement E. Macron en porte à faux ; Il faut juste que les autorités africaines se soucient un temps soit peu, du bien-être de la population et vous verrez que nôtre croissance démographique deviendra un atout important qui tirera nos pays vers le haut… »

          Réactions analysées par Moussa T. Yowanga,Directeur de publication (DP)

Partager cet article

Repost 0