Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

D'origine Sénégalo-Martiniquaise, à 39 ans, Directrice Juridique, vivant sur Toulouse, elle nous raconte comment et pourquoi est-elle devenue blogueuse mode. 

                                       (Photo prise par Meyia Ntolo).

L’anglicisme « blog » trouve sa source dans les mots « web » et « log » qui font respectivement référence à internet et à la notion du journal de bord. C'est en 1999 que l'appellation « blog » est utilisée pour la première fois, par le webmaster Américain Peter Merholz. D'abord associé à un journal intime destiné aux adolescents, le blog devient en 2000 un outil de communication respecté, légitime et utilisé par les entreprises pour leur communication. En 2013, on comptait plus de 300 millions de blogs dans le monde. Utilisé pour partager une ou des passions, parler de soi, son quotidien, de mettre en avant ses savoir-faire et être. Il fait aujourd'hui pleinement parti de l'image, du « personal branding » d'un candidat lors d'un process de recrutement. Par son intermédiaire, plusieurs se sont vus sollicités par de grandes marques, ont vu leur vie complètement changée et leurs revenus multipliés. Le blogging peut être un outil thérapeutique pour certains. C'est le cas de Yona Diene.

Bonjour Yona, pourriez-vous nous parlé de votre parcours ?

Je suis Yona Diene, 39 ans, Afro-descendante, de mère Martiniquaise et d'un père Sénégalais. Après plusieurs séjours entre la côte d'Ivoire, Paris, la Martinique et Montpellier pour mes études, je réside actuellement sur Toulouse où je travaille en tant que Directrice Juridique. J'ai un parcours assez classique. Je possède un baccalauréat littéraire et un Master en Droit public général. Après l'obtention de ces diplômes, j'ai passé le concours d'attaché territorial soit de cadre dans la fonction publique, que j'ai obtenu en 2004. Le droit et la fonction publique se sont imposés à moi. En effet, depuis toute petite j'ai toujours eu un attachement aux valeurs de justice sociale, de droiture, un goût prononcé pour la rigueur. Le droit était la voie naturelle qui m'était destinée. Ma personnalité s'alignant parfaitement à ma fonction actuelle de Directrice Juridique dans la fonction publique et aux activités s'y attachant (intérêt général et service rendu aux usagers).

Pouvez-vous nous parler de vos activités de bloggeuse ? Et qui vous a emmené au blogging ?

En dehors du Droit, je tiens un blog où je réalise des billets d'humeur, où je partage mes humeurs, mes envies, combinées à des propositions de mode. L'idée du blogging m'est venue quand j'ai eu des problèmes de santé, qui m'ont emmené à me poser des questions sur ma vie, sur l'importance de la vie en général : sa durée qui peut être écourtée, et donc la nécessité de la vivre pleinement et de faire ce qu'on aime. Je me suis donc posée la question suivante : qu'est-ce que j'aime faire ? Qu'est ce qui me passionne ? A ces questions, deux réponses : la mode et l'écriture. J'ai donc décidé de les partager avec un large public au travers d'un blog. Pour moi, ce fut également le début d'une thérapie dans ma quête de connaissance de moi-même. Car en effet, j'ai toujours souffert d’une crise identitaire de par mes deux origines. En Martinique, je n'étais pas considérée comme une martiniquaise à cause de mon physique, qui ne s'alignait pas aux stéréotypes de la société martiniquaise. Je considère le blogging comme une réelle activité, j'y investis beaucoup de temps. Les sujets des articles sont réfléchis, pensés à l'avance, écrits et réécrits. Les tenues sont pensées de A à Z. Ce sont des photographes semi-professionnels qui me prennent en photo.  Les lieux des séances de photo ne sont pas choisis à la légère. Il y a tout un travail derrière. Jusqu’à présent, je publiais un article une fois par semaine. Ce qui me demandait beaucoup de temps. Je vais me mettre à deux articles par moisLa rédaction d'un article me prend à peu près 30 minutes. Mais un gros travail en amont est d'abord fait : choix des thématiques, structure à donner à l'article. Il y a également pas mal de relectures.

 Concrètement de quoi parlez-vous dans votre blog ? Et comment ?

Comme dit précédemment, le blogging est d'abord pour moi une sorte de thérapie. Les thèmes sont très centrés sur moi. J'ai besoin d'évacuer un certain nombre de choses liées à ma vie et qui sont enfouies en moi, besoin de m'exprimer sans tabous sur des sujets de mon enfance, besoin de révéler ma personnalité au travers des tenues chics, décalées, ludiques, très contrastées qui sont à l'image aussi de mon écriture. Jamais vulgaire, et souvent dans le second degré. J'essaie, au travers de mes publications et du regard des autres, d'apprendre à mieux me découvrir, à me connaître. Concernant le contenu, je poste des photos et des articles écrits dans la sincérité et dans un esprit de partage.

Pourquoi inclure le public dans votre thérapie, vous auriez pu ouvrir un journal intime dans lequel vous écririez, colleriez des photos de vos tenues ? Pourquoi la redirection vers le public ?

J'ai eu un besoin de me confronter aux regards des autres pour me connaître et exorciser les blessures narcissiques du passé, d’assumer qui je suis intérieurement et extérieurement, un besoin de me mettre à nue tout en étant habillée. Le regard de l'autre n'est pas nécessaire pour apprendre à se connaître, mais surtout pour assumer qui on est. Pour ma part, j'ai eu besoin d'assumer qui j'étais, de présenter Yona au public, mais aussi de parler de sujets qui m'ont marqué, peut être blessée aussi. Je ne dévoile pas non plus toute ma vie. Je choisis quels domaines de ma vie j'ouvre au public. Les réseaux sociaux ont permis une généralisation rapide du blogging. Aujourd'hui les gens publient différents types de contenus concernant leurs vies privées. Je crois qu'on ne doit pas tout montrer, mais être sélectif tout en étant honnête et vrai.

Parlez-nous des personnes qui vous suivent, de votre communauté.

Sur Facebook, je suis suivie par plus de 7000 personnes, originaires majoritairement d'Afrique, résidant en Afrique subsaharienne. L'autre part de ma communauté réside en Europe, plus particulièrement au Portugal. Je suis également suivie par des personnes de la Martinique. Je crois que l'identification culturelle joue beaucoup dans cette activité. Les gens ont tendance à aller facilement vers les personnes qui leur ressemblent le plus. A noter également que, plus de 50% de ma communauté est composée d'hommes. Concernant les commentaires, généralement se sont des compliments. J'ai déjà reçu une demande de mariage en message privé. Ce sont surtout les commentaires des personnes qui s'intéressent à la photographie, à la mode qui m'intéressent le plus, car plus professionnels. Ces derniers me permettent de m'améliorer et tendent à rendre le blog plus professionnel. J'accorde également une importance aux retours négatifs pour autant qu'ils soient constructifs. Je dis ce que je pense.

Justement, quelle est la part de ces commentaires dans la thérapie dont vous nous parliez ?

Pour moi, le regard des autres est très important effectivement. Mais je crois que la route est encore longue. On n'apprend pas à se connaître en un an de blogging. Il y a encore un delta entre comment les gens me voient, comment je me vois. Mais pas mal de choses commencent à prendre forme et à se dessiner en moi. Cette thérapie devient une activité extra-professionnelle qui se développe de plus en plus, et commence à prendre une tournure positive à laquelle je n'avais pas pensé.

Avez-vous déjà été sollicitée par de grandes marques ?

J'ai déjà été sollicitée. J'ai un goût prononcé pour l'art dans la mode et les artisans créateurs. Si demain des artisans ou des professionnels dans la mode m'approchaient pour une collaboration, j'accepterais avec grand plaisir, sauf pour la fonction de top model pour laquelle j'estime ne plus avoir l'âge et la taille.

Quels sont pour vous les facteurs-clés du succès en blogging ?

La persévérance. Croire en ce qu'on fait, le faire avec amour sans viser forcément le succès, la notoriété. La patience. Le blogging est une aventure humaine, jonchée d'opportunités, de rencontres. Ne pas se perdre, ne pas accepter tout et n'importe quoi. Contrôler son image.

Sur quels réseaux sociaux êtes-vous présente ? 

https://www.facebook.com/FashYonlamodeselonyona/

https://www.instagram.com/ fashyon__la_mode_selon_yona

www.hellocoton.fr/mapage/ fashyon.

S'il fallait associer au blogging un slogan, quel serait le vôtre ?

Mon blog, mon autre moi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(Amani photographie)

Propos recueillis par Meyia Ntolo

 

 

 

Partager cet article

Repost 0