Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Attendus au plus tard mercredi prochain, les résultats définitifs des législatives seront âprement scrutés et disséqués particulièrement par l’opposition amenée par l’ancien président Aboulaye Wade, chef de file du Parti démocratique sénégalais (PDS) et Khalifa Sall, le maire de Dakar qui sont allés en ordre dispersé dans cette bataille électorale organisée à 18 mois de la présidentielle 2019.Sans attendre l’annonce des résultats définitifs, la majorité présidentielle revendique déjà une large victoire au scrutin du dimanche, « en raflant tous les départements » à l’exception de trois d’entre eux, si l’on en croit les déclarations du premier ministre, Mohaùmed Boun Abdallah Dionne, pour qui, sa liste « a été plébiscitée par les sénégalais » fin de citation. Les départements où la majorité présidentielle reconnait avoir été devancée sont Kédougou, Saraya et Mbacké. Le camp de Khalifa Sall conteste vigoureusement la victoire revendiquée par les partisans de Macky Sall dans la capitale. Pour Cheikh Gueye, un responsable de la coalition du maire de Dakar, la victoire de leur liste est sans contestation et il précise que c’est « aussi clair que le soleil à midi ». Il menace la majorité présidentielle « Nous ferons face aussi bien sur le plan politique que juridique. Nous n’accepterons pas un hold-up électoral ».

La participation était estimée à 54%, contre 51,58% en 2012 soit en légère hausse cette année. Les législatives étaient émaillées d’innombrables problèmes d’organisation imputés par l’opposition au président sénégalais accusé d’avoir « organisé le chaos ». Pour l’ex-président Wade : « Macky Sall s’est arrangé, il a donné des instructions pour que, dans tous les endroits où il pense que l’opposition va gagner, il n’y ait pas de vote » et d’ajouter « Je demande à tous les électeurs qui ont voté de rester à leur bureau de vote jusqu’à la proclamation des résultats pour constater que ces résultats sont conformes à la réalité ».  Un communiqué de la police a fait état d’un centre de vote saccagé par des partisans présumés de l’opposition à Touba. Par ailleurs 147 bureaux de vote ont été saccagés et trois candidats figurants sur les listes de l’ancien président Wade ont été interpellés. Bamba Fall, soutien de la coalition du maire de Dakar n’a pas caché son indignation « Ce sont les élections les plus mal organisées depuis l’indépendance ». Sur les 165 sièges que compte l’assemblée, élue pour une mandature de cinq ans, 105, dont 15 de la diaspora, seront répartis au scrutin majoritaire, un système donnant l’avantage au parti passé en tête dans chaque département, puisqu’il emporte tous les sièges. Soixante autres sièges seront pourvus à la proportionnelle.

Moussa T. Yowanga

Partager cet article

Repost 0