Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
REGARDS D'AFRICAINS DE FRANCE

Informer sans travestir ni déformer, c'est notre combat !

Parole au peuple (26ème) : « Le régime tchadien a immatriculé un avion de manière frauduleuse », révèle Adam Erdi Betchi

L’étrange affaire de détournement d’immatriculation d’avion au Tchad refait surface à travers la publication d’un article paru dans un journal israélien. L’affaire qui a fait grand bruit au mois d’octobre 2017 tel un feu de brousse continue de brûler à la périphérie. Les autorités tchadiennes ont engagé de poursuite contre certains responsables de l’aviation civile impliqués de près ou de loin à ces trafics présumés d’immatriculations tchadiennes. En clair, il s’agit des avions immatriculés au nom du Tchad et utilisés par des trafiquants d’Europe de l’est. Ces avions se seraient retrouvés en Syrie. Les Tchadiens attendent jusqu’à présent de connaître la vérité sur cette mystérieuse affaire. Entre temps, les spéculations vont bon train, les rumeurs se confondent aux informations officieuses, elles mêmes attendent d’être infirmées ou confirmées par les informations officielles. Tout le monde se perd alors en conjecture. Et les citoyens qui ont soif de la vérité sont impatients et ne peuvent s’empêcher de débattre d’une affaire dont les tenants et aboutissants sont difficiles à cerner. Néanmoins, tout le monde s’accorde à reconnaître qu’au Tchad, il se passe parfois des choses absolument ubuesques. Aujourd’hui, ce débat est lancé par Néné Ehémir pour qui, l’affaire est loin d’être finie. Vos réactions  ci-dessous constituent le 26enuméro de Parole au peuple.  

Partant d’une lecture d’un article publié par la presse israélienne, Néné Ehemir prévient : «Et voilà la presse israélienne reparle de l'affaire de l'avion. Une chose est sûre, l'affaire est loin d'être finie...On attend la plaidoirie de mon cher Kébir Mahamat Abdoulaye « avocat » putatif désigné des mafieux responsables politiques tchadiens qu'il confond avec l'honneur de tout un pays… « Puis, début février 2017, l'avion était de nouveau en vol, cette fois-ci en direction de Damas. Il portait désormais le numéro de vol TT-WAG, indiquant l'enregistrement dans l'état défavorisé du Tchad - une bombe à retardement politique qui explosa plusieurs mois plus tard.»

Kébir Mahamat Abdoulaye qui se sent directement visé tente de répondre à Néné Ehemir : « Salam cher frère Néné Ehemir, merci de nous inviter à ce débat de nouveau. Je pense quelques précisions sont nécessaires. Cet avion appartient-il à l'Etat tchadien ? La réponse est non car il appartient à une société privée. Cet avion a-t-il été au service de l'Etat tchadien ? La réponse est non.  Cet avion a-t-il été utilisé par le gouvernement tchadien pour acheminer des armes ou autres choses dans la guerre civile en Syrie ? La réponse est non. L'Etat tchadien a-t-il des moyens suffisants pour contrôler le trafic des avions de compagnies privées à l'extérieur du Tchad ? Malheureusement la réponse est non.  Le Tchad a-t-il violé l'embargo sur les armes en Syrie ? La réponse est non car le Tchad n'a jamais participé ni près ou de loin dans la guerre civile en Syrie contrairement à certains pays occidentaux dont les Etats-Unis. Beaucoup d'avions militaires et civils de certains pays occidentaux et du Moyen orient ont livré des armes à l'opposition armée contre le régime de Bachar Al-Assad jusqu'à soutenir, armer, financer des organisations terroristes. En lisant cet article, on peut comprendre qu'il existe beaucoup de cacophonies, zones d'ombre qui entourent cet avion. Apparemment c'est un dossier à relais international, qui échappe au contrôle des autorités d'aviation civile tchadienne. A priori je ne vois pas une implication de l'Etat tchadien dans le parcours de cet avion dans différents pays en observant les différents itinéraires utilisés et des compagnies aériennes, sociétés étrangères citées dans l'article. A travers mes lectures et analyses sur ce dossier et autres dossiers, je constate que notre pays devient une zone d'attaque privilégiée pour la mafia internationale avec des complicités tchadiennes, mafia locale. Au passage l'article affirme que Zakaria Deby Itno est le président du Tchad. Ce qui est totalement faux. Enfin je dénonce et je condamne tes accusations fantaisistes qui me traite d'avocat des mafieux en des termes irrespectueux même si la phrase est empruntée ailleurs ».

Colonel Mahamat Hassan saute là sur l’occasion et estime: « qu’il n’y a pas de fumée sans flamme, les hauts responsables tchadiens ont rendu l'honneur de notre pays très sombre, ils sont impliqués dans des choses très graves ».

Mahamat Issa Moussa considère que la presse israélienne fait de trop : « Quelle est cette manière de qualifier notre pays d’« État défavorisé du Tchad » ? Un peu de respect de la part de la presse israélienne.Gayak Absorto et Zakaria Deby Itno est déjà président du Tchad selon cet article ».

Patrick Cordier utilise une image : « Même le chaïtane à des avocats, mais il n'ira pas loin ».

Ramadan Souleymane va tout droit au but en disant : « Malheur à ceux qui confondent Nation et citoyens véreux ! ».

Adam Erdi Betchi ne partage pas du tout l’analyse de l’économiste et analyste Tchadien, Kébir Mahamat Abdoulaye et tient à préciser : «Kébir l'avion a été immatriculé au Tchad. Qui immatricule les avions ? Ce n'est pas l’Etat ? Sinon on n'aurait pas limogé la Ministre et le Dg de L'ADAC. Donc, il faut cesser avec l'hypocrisie et reconnaître la réalité. Le régime tchadien a immatriculé un avion de manière frauduleuse. Pour cela il doit subir des sanctions conséquentes. Dans ce monde, il y a plus de 190 pays. Pourquoi on indexe le Tchad ? Parce que ses dirigeants sont impliqués dans la mafia. Idriss a transformé notre pays en Etat voyou. C'est très dommage que certains cadres tchadiens deviennent les avocats du diable pour des raisons strictement personnelles au lieu de condamner cet acte criminel et mafieux qui ternit l'image de tout un peuple. Il faut en vouloir à Idriss au lieu de diaboliser les Américains qui sont d'ailleurs très cléments malgré la gravité de l'acte ».

Kébir Mahamat Abdoulaye  essaie de convaincre Adam Erdi Betchi : « En lisant cet article, beaucoup de compagnies aériennes étrangères, des sociétés de négoce, des banques et des pays ont été cités. Faut-il les sanctionner tous ? Ensuite un avion immatriculé au Tchad cela constitue-t-il un délit ? Le problème n'est pas au niveau de l'immatriculation qui relève d'une procédure particulière de la compétence de l'ADAC mais à qui appartient réellement cet avion, d'où vient-il et a-t-il servi à des activités interdites et pour les comptes de qui ? Quel est le niveau de responsabilités des responsables tchadiens ? L'enquête est cours et on saura davantage. Déjà j'ai apporté des réponses à des questions importantes dans le premier commentaire ».

Mais Adam Erdi Betchir ténace poursuit : «  Il change de dialogue en prenant le bœuf par les cornes : « Kébir Le problème est bien au niveau de l'immatriculation car avant d'accorder les documents requis, il faut vérifier tous les points que tu as cités: à qui appartient réellement cet avion, d'où vient-il et a-t-il servi à des activités interdites et pour les comptes de qui ? Mais comme le régime tchadien est mafieux, il s'est impliqué dans la mafia sans la moindre investigation. Idriss et sa mafia viennent d'être rattrapés par leur passé criminel. Il faut assumer et s'assumer au lieu de chercher des subterfuges. L'honneur du Tchad est souillé à cause des dirigeants irresponsables et gloutons. Il faut plutôt s'indigner au lieu de chercher à défendre les forces du mal qui ne font qu'enfoncer notre cher pays dans le gouffre ».

Pour la troisième fois Kébir Mahamat Abdoulaye riposte : « Si tu as lu entièrement mon premier commentaire au point 7, j'ai dit que notre pays fait l'objet de plus en plus d'attaques dans beaucoup de domaines très rentables par la mafia internationale en complicité avec la mafia locale. C'est très inquiétant pour notre pays. En lisant la presse nationale, de plus en plus des affaires et scandales politico-financiers se multiplient ».

Adam Erdi Betchi  lui répond : « Malgré cela, tu continues à soutenir le régime mafieux. Je me demande les raisons réelles de ta motivation. Je suis quasi-sûr qu'elles strictement personnels et très loin du patriotisme qui symbolise l'amour de la nation tchadienne ».

Heureusement Chérif Blackliste rentre au débat et s’interpose entre Adam et Kébir, tout en disant au premier : « Tu peux ne pas être d'accord avec lui. Mais pourquoi le juger en présageant de ses mobiles ? ».

Kébir Mahamat Abdoulaye reprend son souffle, puis  fait allusion à l’ancien parti politique de Adam Erdi Betchi : « Il oublie qu'il a été dans le MPS et pilier du régime pendant des décennies avant la rupture. Soutenir le régime quand il a raison, pose des actes favorables, accusé injustement et sans fondement, c'est mon devoir de défendre mon pays et ses dirigeants. Cependant je critique aussi quand c'est utile, nécessaire en faisant des propositions ».

Daoud Tom Adam cite une citation connue des Tchadiens : « Ennemis du Tchad, ce sont les Tchadiens et surtout la diaspora. Vous avez cru aux allégations mensongères des usa et mena c'est à Israël que vous faites confiance Hum adjab le ridicule ne tue pas. Dans l'article Zakaria est président du Tchad et vous fermez les yeux dans ça ».

Là, monsieur Kébir Mahamat Abdoulaye semble gagné la bataille et la guerre des mots : « Betchi, je soutiens lorsque l'intérêt de notre pays exige et je critique lorsqu'il est nécessaire suivant des propositions. D'ailleurs c'est très visible à travers mes différentes publications pour ceux qui me lisent régulièrement. Enfin si la recherche d'un intérêt personnel est la principale motivation, j'ai vu beaucoup d'opportunités passées et d'ailleurs se rallier ou adhérer au MPS (un droit et choix libre de chacun) pour un intérêt personnel, un acte le plus facile à faire et je n'ai pas besoin de passer par les réseaux sociaux. Tu as été aussi au Mouvement Patriotique du Salut (MPS) avant de choisir la lutte armée ».

Mahamat Idriss Mouhyadine  prend au sérieux ces accusations et rend le pouvoir responsable  : « Tchad État défavorisé, Zakaria président du Toumaï Air-Tchad, ce sont des arguments des valeurs qui consistent à classer le Tchad dans la liste des pays à risque élevé.  En résumé, on peut comprendre que l'Etat n'arrive pas à s'imposer ! Par ailleurs, j'estime qu'il est assez prétentieux de penser aussi puissamment car, les éléments énumérés ci-dessous sont trop lourds pour que le Tchad puisse les supporter. Nous sommes juste le maillon faible de la chaîne, le Tchad fut utilisé et désabusé par manquements graves des autorités vis-à-vis du pouvoir de l'argent. Combien de fois les hommes des mains du président furent épinglés dans des affaires douteuses en lien avec le monde grandes criminalités ? ».

Left Ouledhille Grando fait appel à un fin connaisseur dans le domaine de l’aviation pour clarifier un peu les choses : «Vertu, s’il vous plait, un petit éclaircissement sur les immatriculations d’avion. Je sais que tu n’aimes pas prendre part à ce type de débat mais personne n’est mieux placé que toi pour nous donner des infos sur l'immatriculation dans l’aviation. Merci à toi ».

Jackson Greinky tente de faire comprendre : « En fait disons que... C'est une fausse plaque ».

Néné Ehemir revient pour remettre les pendules à l’heure : Il n'y a pas matière à croire ou ne pas croire à ce que la presse israélienne dit ou ne dit pas. La seule question qu'il faut se poser : Y-a-t-il eu oui ou non un avion immatriculé au Tchad qui fait dans le trafic d'armes en direction de la Syrie ? La réponse est bien évidemment oui. Le registre de l'aviation civile internationale le confirme. Tout le reste n'est qu’accessoire. Kébir, selon toi, sous prétexte que l'avion est la propriété d'une compagnie de droit privé alors le Tchad n'a rien à y voir ! C'est ça ? C'est vite oublier qu'exploiter un avion répond à des exigences spécifiques qui n'a rien de semblable : on n'immatricule pas un avion comme si on immatricule une bagnole. D'ailleurs, les Etats n'ont pas un fichier national comme pour les voitures. Toute immatriculation doit faire l'objet de tout un dossier transmis à l'OACI en plus si on veut exploiter cet avion à l'international ! Si cet avion n'est pas en règle, il n'aura pas les autorisations pour survoler où se poser ailleurs que dans le pays qui maintient sa licence d'exploitation ».

Chérif Blacklisté  semble plutôt préoccupés par les retombées néfastes sur les innocents Tchadiens : « Tu te réjouis des sanctions qui vont tomber sur le Tchad. Mais les Tchadiens lambda qui vivent dans ce pays et qui ne sont concernés en rien par cette « mafia » que tu décris subiront les effets de ces sanctions plus que « les concernés ». On sait tous que cela se passera ainsi. Ce n'est pas ce qui me ferait plaisir ».

Néné Ehemir lui répond tranquilement : « Mon cher Chérif, c'est le prix à payer de l'indifférence  face aux agissements de nos dirigeants...Qui plus est, « on » les a élus et réélus... »

Edith Koumbairia boucle la boucle en rappelant aux tchadiens que nul ne peut se prévaloir de ses propres turpitudes : « Je suis d’accord avec toi que le tchadien lambda n’a rien à voir dans leurs magouilles. Mais je reproche à ce tchadien d’être inerte, de se laisser marcher sur le pied par son gouvernement. Ces tchadiens lambdas n’ont qu’à se révolter et se soulever en un seul homme pour faire partir celui qui est la cause de leur malheur, c’est tout. A un moment donné moi je dis qu’on est complice de notre propre malheur donc on doit arrêter de pleurnicher sur notre sort ».

Choix et commentaire de Ahmat Zéïdane Bichara/ Moussa T. Yowanga 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article