Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


" celui qui n'a pas planté un arbre avant de mourrir à vecu inutilement", dit un proverbe africain. D'autres déclarent clairement sans masquer leurs mots que l'homme ou la femme qui n'a pas mis au monde avant de mourrir à vécu initulement.

D'ailleurs, rare est cet africain qui ne connaît pas la souffrance d'un couple qui n'a pas d'enfants soit par stérilité qui touche la femme  ou le mari. Un couple peut ne pas aussi avoir d'enfants pour des raisons dont on ignore totalement les faits. Seule la médecine ou d'autres sciences humaines se montrent capables de le savoir.

 Le plus dure à supporter dans le milieu africain, c'est quand la médecine révele que c'est la femme qui est stérile. Cela provoque immédiatement la révolte ou un mécontentement  dans le rang de la famille de son époux comme si elle souhaitait d'être stérile.

Certains vont jusqu'à exiger le divorce pour permettre à leur frère de se remarier à une autre femme  en espérant de rencontrer une épouse qui peut mettre au monde beaucoups d'enfants et ainsi permettre à leur ethnie ou clan de se multiplier. En Afrique, tout le monde a besoin d'enfants et beaucoups.

Alors qu'aux pays des blancs, tout le monde n'a pas besoin et ce n'est pas une question prioritaire.Il faut d'abord assurer son avenir avant de penser à avoir un si possible deux enfants seulement.

Aussi, il faut que la décision sorte de la femme et de l'homme. Ce n'est pas comme en Afrique ou  ailleurs dans un autre continent où c'est l'homme qui décide. La femme n'a pas droit de s'opposer. Celle qui oppose une résistance est tout simplement et sévèment battue comme une bête avec parfois des raisons qui ne sont pas  fondées. D'autres sont  divorcées sans justice rendue.
 
Ainsi, on rencontre même dans beaucoups de villes européennes, des hommes et des femmes qui ne sont pas stériles, mais qui refusent tout simplement de mettre au monde des enfants pour des raisons personnelles. Ils vivent seuls et sans s'inquiéter.


Il y a même ceux qui préferent mieux adopter un enfant  avec toutes les difficultés dont ils rencontrent plutôt que donner soi-même de progéniture.  Le plus choquant, ce sont ceux qui dépensent énormement d'argent pour nourrir un chien ou un chat à la place d'une vie humaine.

Alors qu'en Afrique, personne ne refuse de donner une descendence . L'africain veut des enfants et il est fier d'en avoir. Peu importe les moyens dont il a pour les nourir et les éduquer convenablement.

L'homme noir dira de l'européen qu'il est dans un monde à part. Alors le blanc taxera le noir à un irresponsable qui ne peut pas donner une bonne éducation à ses enfants. "Mieux vaut avoir un seul enfant, au lieu de dix si on n'a pas des moyens à les nourrir", dira-t-il.

Sur ce point, l'africain a beaucoup de choses à apprendre et c'est important. Car, il ne suffit pas d'avoir beaucoup d'enfants pour être heureux. Il faut plutôt penser à leur éducation et aux possibilités de les nourriture avec des bons aliments et régulièrement.

Aujourd'hui et depuis toujours, les rues des villes africaines se remplissent des enfants de la rue, sans encadrement, ni couverture médicale, ni même là où ils peuvent dormir. Ils errent dans les rues comme des milles pattes avec tous les risques possibles et constituent un danger grâve pour la vie de la population. Des femmes sont violées, torturées et sans recours à la justice, puisque après leur acte de viol, ils disparaissent dans la nature.

Beaucoup d'associations locales et d'organismes internationales comme les médecins du monde tentent de chercher des solutions aux problèmes de ces enfants de la rue, mais sans l'aide des autorités du pays, aucune de leurs démarches  a abouti à quelque chose de positive.


Les enfants de la rue sont toujours là et d'autres jeunes des parents pauvres ou décédés continuent à grossir les rangs. Surtout qu'avec le sida, il y a de plus en plus des orphélins sans soutien et ils sont donc obligés d'envahir les rues et les marchés pour arracher de quoi mettre sous la dent.  C'est triste. De qui viendra la remède au problème?

Partager cet article

Repost 0