Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le département Afrique de « Washington Times », journal  le plus lu des Etats-Unis pour ses enquêtes révélatrices et fiables, dévoile dans sa rubrique consacrée « aux faits divers » et à la démocratie africaine avec à l’appui le témoignage de la représentante du service américain de la documentation, dont le bureau est basé à Nairobi au Kenya, le projet sanguinaire et machiavélique du chef de l’état tchadien de mettre fin avec tous les moyens dont il dispose à la vie de toutes les épouses des opposants civils en exil et celles des chefs rebelles opérant à l’est du pays avec comme base arrière le Soudan.

 

« C’est un projet immoral et un crime contre l’humanité. Il faut agir et vite », lance la représentante du service américain de la documentation en ajoutant que les Etats-Unis et les nations Unies surveillent de plus prêt les actions du chef de l’Etat tchadien et ne tarderont pas à radicalement agir en demandant tout d’abord le plus rapidement possible à la diplomatie tchadienne des explications précises sur le bien fondé d’un tel projet criminel visant uniquement la vie des épouses des leaders des rebelles et des opposants civils en exil. « Que deviendra le continent africain si chaque chef d’état se mettait à intenter  à la vie des innocentes femmes ? Que vaut une femme devant un pouvoir en dérive, cynique et sadique, baignant dans un fleuve de sang de sa population ? L’ONU, l’Union Africaine et les autres organisations internationales ont le devoir de faire échouer ce plan diabolique et d’aider les Tchadiens à se débarrasser d’un tel pouvoir qui n’a plus d’autres actions que de traquer, d’emprisonner et d’ assassiner de façon sommaire et odieuse  les opposants civils et armés, d’acheter la conscience des gens et de violer les femmes. De détourner toutes les richesses du pays, de provoquer la flambée des prix en interdisant l’importation légale des produits nécessaires pour la vie de la population, d’ enrichir illégalement et le plus vite possible son ethnie et ses alliés et l’ensemble des personnes directement impliquées à asseoir un pouvoir dictatorial et mafieux, d’envoyer dans des universités étrangères pour des formations rapides les jeunes de son clan ou d’ethnie en vue de leur attribuer des postes de responsabilité souvent très juteux et ainsi  d’arriver à tout verrouiller en ayant la maîtrise et la main mise sur l’ensemble des secteurs de la vie du pays.

 

 Le même pouvoir envoie expressément ses proches parents en exil dans des pays riches et paisibles comme la France, la Suisse, la Belgique, le pays bas, l’Angleterre, le Canada et les Etats-Unis en vue de contrecarrer les actions dangereuses de diasporas éparpillées dans des grandes villes. Ils font tout pour  entretenir  des bonnes relations avec l’ensemble de leurs compatriotes tout en jouant  le rôle occulte des agents secrets. Et c’est exactement ces pratiques que l’on constate aujourd’hui au Tchad, au Soudan, en Somalie, au Maroc, en Tunisie, en Algérie, en Guinée Equatorial, au Nigeria et au Niger », décrit la dame.

 

D’après les analyses du journaliste chargé de ce dossier d’assassinats planifiés  des épouses des rebelles et opposants tchadiens, Idriss Deby pense ainsi les contraindre de rentrer au bercail au risque de perdre définitivement, en guise de  représailles,  leurs épouses restées au pays.

Le journaliste précise bien que les Chefs d’Etats africains ne font qu’appliquer la politique des anciens chefs d’Etats occidentaux comme Hitler ou autres qui ne sont plus de ce monde.

 

Le reporter commente encore que les autorités tchadiennes se méfient des épouses de leurs ennemis craignant que celles-ci jouent le rôle des agents des renseignements pour le compte de leurs époux au front par la magie de téléphone ou par d’autres voies. Idriss Deby a peur que les épouses de ses opposants utilisent  des produits très puissants et dangereux pour assassiner des responsables militaires ou civils comme le cas de la Russie, du Nigeria, commente le reporter de Washington Times.  

 

Enfin, Il finit son article en publiant l’ensemble des mouvements militaires opposés au régime d’Idriss Deby, tout en attirant l’attention de l’opinion international sur le danger qui menace ce groupe des femmes tchadiennes ayant un lien de mariage avec  les chefs  rebelles. Il s’agit entre autres de l’UFCD, du RFC, de l’UFDD, de l’UFDD-R, du CDR, du FSR, du FNTR et FNT. « L’ambassade des Etats-Unis au Tchad s’engage à mettre des agents secrets de surveillance en vue d’assurer la sécurité des femmes d’opposants dont les menaces de mort pèsent sur elles. C’est impératif.

Leurs noms sont connus, il ne nous reste qu’à localiser leurs quartiers respectifs », assure la représentante du service américain de la documentation, qui affirme que la porte est grandement ouverte pour celles qui veulent s’exilées aux Etats-Unis. « Un visas américain leur sera accordé et des  billets d’avion mis à leur disposition pour celles qui n’ont pas des moyens financiers », a-t-elle conclu.  

Partager cet article

Repost 0