Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Association "Survie" dénonce dans un communiqué de presse le refus des autorités françaises d'accorder un visa à l'opposant sudiste tchadien Ngarlejy Yorongar pour lui permettre de se soigner en France. D'après les responsables de Survie, il ya quinze jours ils envoyaient au ministère des Affaires étrangères, à la secrétaire aux Droits de l'Homme Rama Yade et au ministre Bernard Kouchner la lettre pour attirer l'attention des autorités françaises sur l'état de santé inquiétant du député Yorongar, nécessitant son évacuation sanitaire pour d'évidentes raisons d'efficacité et de sécurité.


Survie considére en effet qu'il est du devoir de la France de porter secours, dans les situations critiques qu'ils peuvent vivre, aux élus, opposants démocrates des pouvoirs dictatoriaux. C'est le minimum qu'on peut faire en faveur des droits de l'Homme,notamment en Afrique.

Pourtant la France assume l'évacuation sanitaire des blessés de l'armée de Deby engagés dans une guerre civile contre les différentes rébellions. Elle ne peut faire moins pour les représentants légitimes de la société civile tchadienne.

L'Association regrette que sa lettre n'a reçu aucune réponse à ce jour, même pas une fin de non recevoir. cela traduit plus que tout l'abîme qui sépare les rodomantades publiques de la réalité d'une attitude cynique de mépris. Elle réitére publiquement sa requête.

Dans le cas de Ngarlejy comme dans celui de tout défenseur de la liberté fondamentale en péril, Survie demande que le pays de Sarkozy fasse ce qu'il lui est facile de faire. Bruno Ossébi, un citoyen Franco-Congolais) vient de mourrir à Brazzaville, faute d'avoir été mis rapidement à l'abris  de la vindicte du pouvoir congolais.

Ibni Oumar Mahamat Saleh, l'opposant nordiste tchadien n'a pas donné signe de vie depuis plus d'un an, alors qu'il se trouvait aux mains du pouvoir sombre de Deby. Dans chaque cas, le pouvoir français pouvait faire quelque chose et n'a rien faitni pour prévenir ces disparitions, ni pour les éclaircir par souci de justice.

Si cette passivité amenait une issue funeste pour Ngarlejy Yorongar, on constaterait une fois de plus que le sort des défenseurs de la liberté et des droits de l'Homme laisse le pays de Sarkozy indifférente lorsque cela se passe dans les pays des dictateurs qu'il soutient.