Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Sahel en général, et le Niger en particulier demeure une zone d’insécurité permanente en raison des activités de groupes terroristes fortement affaiblis mais ils sont loin d’être anéantis. Ils viennent, une fois de plus, de passer à l’acte en tuant neuf personnes et plusieurs d’autres ont été enlevées lors d’une attaque perpétrée dans le sud-est nigérien par des combattants probablement appartenant au Boko Haram, a en croire les autorités locales, d’après leurs propos rapportés lundi par l’Agence France Presse (AFP). Le maire de Kabaléwa, Abari El Hadj Daouda a été on ne peut plus claire : « L’attaque a eu lieu hier, dimanche soir entre 22h00 et 23h00 locales (19h00 et 20h00 en Belgique) et il y a eu neuf morts.

Une trentaine ou quarantaine de femmes et enfants ont été enlevées par les assaillants »La localité de Ngalewa visée dimanche par une attaque terroriste, près de la ville de Diffa, chef lieu du sud-est nigérian où une opération suicide menée par deux femmes contre un camp de réfugiés avait fait périr deux personnes, onze blessées, a précisé pour le déplorer le maire de la commune. L’attentat-suicide survenue mercredi ont conduit les autorités à envisager de déplacer des milliers de réfugiés du  camp onusien de Kabalewa vers d’autres camps, éloignés de la zone frontalière du Nigerian Il est à rappeler que la région de Diffa compte  600 000 habitants et se trouve agiter depuis 2015 par des attaques du groupe islamiste nigérian. Boko Haram. La région de Diffa accueille sur son sol plus de 300 000 réfugiés et déplacés dont beaucoup vivent au cœur d’une population à dominante rurale très pauvre. Vue l’ampleur de la situation, l’ONU exhorte la communauté internationale d’agir au plus vite  et  de redoubler d’effort pour un soutien financier massif. Moussa T. Yowanga

 

Partager cet article

Repost 0