Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les autorités maritimes ont annoncé jeudi la création au large des côtes libyennes d’une zone de recherche et de sauvetage, qu’elles bannissent, à l’exception d’autorisations accordées aux navires étrangers, en particulier aux ONG en patrouille dans les eaux libyennes pour secourir des migrants. Confirmation a été faite lors de la déclaration en conférence par le général Abdelhakim Bouhaliya. « Officiellement une zone de recherche et de secours ». Par ailleurs, « Aucun navire étranger n’a le droit d’y accéder, sauf demande expresse de la part des autorités libyennes », selon le commandant de la base navale de Tripoli.Le général Ayoub Kacem, porte-parole de la marine a indiqué que la décision visait explicitement « les ONG qui prétendent vouloir sauver les migrants clandestins et mener des actions humanitaires ». Les navires des ONG ont souvent montré du doigt les garde-côtes libyens. Les navires de ces ONG patrouillant au large de la Libye ont vocation à secourir des migrants clandestins et les tensions très vives. Le chaos qui règne en Libye depuis la chute de Kadhafi en 2011 profite aux trafiquants qui font passer annuellement des dizaines de milliers  de migrants à destination d’Italie, en leur exigeant d’importantes sommes d’argent.

Avec des capacités limitées dans un pays divisé et affaibli, la marine libyenne n’est pas en mesure de sécuriser ses frontières maritimes et a récemment sollicité l’aide de l’Italie. « Par cette annonce, nous souhaitons envoyer un message clair à tous ceux qui portent atteinte à la souveraineté libyenne et manquent de respect aux garde-côtes et à la marine », a ajouté le général Ayoub Kacem. Il n’a pas manqué de s’adresser aux ONG en ces termes : « Vous devez respecter notre volonté » et « obtenir l’autorisation de l’Etat libyen même pour les opérations de secours ». Toutes ces annonces ont été lancées par les autorités loyales au chef du gouvernement d’union nationale (GNA) Fayez al-Sarraj, officiellement reconnu par la communauté internationale mais qui éprouve de difficultés à assoir son autorité en dehors de Tripoli. Une demande d’appui naval a été formulée par ce gouvernement auprès de l’Italie afin de lutter contre les départs massifs de migrants clandestins depuis les côtes libyennes.

Moussa T. Yowanga

Partager cet article

Repost 0